Connect with us

Rallye

Abarth 124 Rally, à la mémoire du scorpion

Publié

on

A côté de la 124 Spider, Abarth présente à Genève une version spéciale pour le rallye. La déco de couleur rouge et jaune mat rend évidemment hommage à son illustre ancêtre qui porte le même nom qu’elle.

Sous le capot, on dit adieu au 1.4L turbo, et bienvenue au 1.8L turbo « bialbero ». Il développe ici 300 ch à 6500 tr/min et il est couplé à une boite séquentielle à 6 rapports. On note aussi l’apparition d’une différentiel mécanique à glissement limité.

C’est aussi une vitrine pour un certain nombre d’entreprises italiennes : C’est le cas pour Sabelt avec ses baquets, ceintures de sécurité et autres équipements de sécurité, et aussi pour Kappa, la marque de vêtements de sport portés par les membres de l’Abarth Squadra Corse.

En ce qui concerne la mécanique, LM Gianetti, une entreprise née il y a 40 ans et a été témoin du développement de la première Abarth 124 Rally, a travaillé en étroite collaboration avec l’équipe technique sur la carrosserie et le travail des suspensions. EXT SHOX a contribué avec son savoir-faire spécifique dans le développement des amortisseurs réglables à 4 voies utilisées pour la première fois dans une voiture rallye.

BMC a soutenu l’équipe dans le développement du système d’admission d’air et OZ a fourni les jantes.

Apparemment, Abarth a fait les choses biens puisqu’elle répondrait à l’homologation FIA R-GT. On rêverait logiquement de la voir rouler en rallye.

Via Abarth.

Photos de l’Abarth 124 Rally

Abarth 124 Rally (1) Abarth 124 Rally (2)

Fondateur de SpeedGuerilla et désormais Crank. Amoureux de vitesse et photographe à ses heures.

Rallye

Volkswagen présente sa Polo GTI R5

Elle est aussi belle qu’officielle

Publié

on

VW Polo GTI R5

Quelques jours après avoir réalisé ses premiers essais, la Volkswagen Polo GTI R5 s’est dévoilée officiellement ce lundi à Majorque en Espagne.

Après avoir délaissé le WRC, VW a d’abord investi le WRX avec l’ancienne Polo puis le TCR avec la Golf GTI. La marque est de retour en rallye avec cette R5 basée sur la nouvelle Polo en compétition-client. De quoi affronter les Citroën DS3 R5, Ford Fiesta R5, et Skoda Fabia R5.

« Il est évidemment intéressant d’avoir pu faire appel à une équipe expérimentée d’ingénieurs et de mécaniciens, qui ont contribué à développer la Polo qui a remporté le championnat du monde… Et il va sans dire que, comme par le passé, nous profitons également de l’étroite et excellente coopération avec les collègues du département de développement technique de Wolfsburg, ainsi qu’avec nos collègues de Škoda, qui offrent à leurs clients une R5 depuis 2015. »
François-Xavier Demaison, directeur technique de Volkswagen Motorsport.

Pour transformer sa Polo en voiture de rallye, VW l’a équipé d’un kit de carrosserie agressif comprenant un pare-chocs avant plus sportif, des ailes élargis et un grand aileron. Le modèle a également été équipé de roues légères, d’un arceau de sécurité et d’un assortiment d’équipements de sécurité répondant à la réglementation R5.

Sous le capot de la Polo GTI R5, on trouve un 1.6L turbo de 272ch et 400Nm, qui n’a plus grand chose à voir avec le 2.0L de la Polo GTI de série. Il est associé à une boite séquentielle à 5 rapports pour envoyer la puissance aux 4 roues. Avec seulement 1320 kg sur la balance, elle réalise le 0 à 100 km/h en 4.1 secondes.

La dernière-née de Wolfsbourg doit faire ses débuts à l’automne 2018 après une homologation programmée pour l’été. Les premières livraisons débuteront au second semestre. On ne connait pas encore le tarif, mais il devrait être très compétitif.

Lire la suite

Rallye

VW revient en rallye avec la Polo GTI R5

Publié

on

Polo GTI R5

L’année dernière à même époque, VW annonçait son retrait du WRC. Aujourd’hui, la marque révèle… sa nouvelle voiture de rallye: la Polo GTI R5.

La méthode est un peu différente puisqu’il ne s’agit plus d’un engagement en championnat d’un team VW, mais de la mise en vente d’une Polo GTI R5 de 280ch à un tarif inférieur à 180000 €! Elle répond bien entendu à la réglementation en vigueur: 4 cylindres en ligne, 4 roues motrices, boite séquentielle à 5 rapports. A savoir que la catégorie R5 est celle juste en dessous du WRC.

Pas de grosse surprise donc, à part qu’elle utilisera un 1.6L contrairement à la GTI de route qui sera munie d’une 2.0L. En tout cas, si c’est GTI R5 pouvait inspirer une version radicale de la nouvelle Polo, on serait bien entendu preneur… En attendant, VW nous offre une esquisse de sa future voiture de rallye.

La Polo GTI R5 trouvera sur sa route les Peugeot 208, Citroen DS3, Ford Fiesta et Skoda Fabia. Cette dernière devrait partager beaucoup d’éléments avec sa cousine germanique.

 

Lire la suite

RallyCross

Un weekend au sein du Team EKS / Audi Sport

Publié

on

Prec1 sur 4

Le rallycross fait partie des disciplines qui explosent en ce moment, ça tombe plutôt bien puisque c’est aussi une de mes préférés!!! Audi m’a fait le plaisir de me convier lors de la manche Française à Lohéac pour suivre l’épreuve au sein du Team EKS. C’est parti!

Un peu d’histoire

C’est au volant de la toute dernière Audi SQ5 que je prends la direction de la Bretagne pour rejoindre le circuit de Lohéac. Mais savez vous qu’il s’agit du premier circuit Français de rallycross?

La première compétition de rallycross s’est déroulée le 4 février 1967 en Angleterre sur le circuit de Lydden Hill juste à côté de Douvres. Autant vous dire qu’avec mes origines Calaisiennes, je connais plutôt bien ce circuit! Quelques années plus tard, un certain Michel Hommel importe le concept en France et la première épreuve française de rallycross se déroule le 5 septembre 1976 sur le circuit de Lohéac.

C’est en 2013 que tout s’accélère, l’entreprise américaine IMG rachète les droits du championnat d’Europe de rallycross. En 2014, la FIA et IMG crée le championnat du monde de rallycross (FIA WRX) qui devient rapidement médiatisé et capable d’attirer des champions d’autres disciplines, tel que Petter Solberg, Sebastien Loeb qui viennent du WRC et Mattias Ekstrom qui court en même temps en championnat DTM.

Pourquoi un tel engouement?

Tout d’abord les pilotes. En WRX, on trouve des grands noms du rallye comme Sebastien Loeb et Peter Solberg pour les plus connus. Mais aussi des Ken Block qui assurent le show! En France, nous avons également eu des champions de RX: Jean Ragnotti, Jean-Pierre Beltoise et Jean-Luc Pailler!

Ensuite les autos sont spectaculaires. Le RX est découpé en plusieurs catégories: Super 1600, Touring Car, RX2… Mais la plus intéressante est la catégorie Supercar. Visuellement, une Supercar ressemble à une voiture de série, mais pour faire simple, ce sont en fait des WRC débridées! Au programme: 4 roues motrices et un 2.0L turbo de près de 600 ch et 850 Nm. Cela permet des accélérations incroyables, par exemple, le 0 à 100 km/h est abattu en à peine 2 secondes! La petite Audi A1 RX se contente d’environ 560 ch mais cela ne l’a pas empêchée de devenir championne du monde de RX avec Mattias Ekstrom au volant l’année dernière!

Dernier ingrédient: le format! Que ce soit en tant que spectateurs ou téléspectateurs, le format est condensé et favorise le spectacle. Les courses durent maximum 6 tours et s’enchaînent rapidement, les épreuves se déroulent sur des circuits (fini les longues attentes sur le bord d’une spéciale comme en rallye), les pilotes s’élancent de front et il y a même un tour joker obligatoire. On a l’impression d’assister à une course de chars où les pilotes sont des gladiateurs prêt à se donner des coups de portières!

Résultat: 75000 spectateurs présent à Lohéac, aucun autre circuit du championnat n’attire plus de monde!

Sommaire

Page 1: Présentation

Page 2: La Team EKS / Audi Sport

Page 3: Rencontre avec Mattias Ekstrom

Page 4: Un mot sur la Team Jagu

Prec1 sur 4

Lire la suite

Tendance