Après la journée Test, j’étais de retour 15 jours plus tard sur le circuit du Mans pour les grandes 24H, les vraies, les dures, les cruelles. Un peu comme à Hollywood, les stars étaient présentes, et le scénario dramatique.

Direction donc Le Mans au volant d’une superbe Audi A7 Competition gris Nardo. Son V6 bi-TDI de 346 ch, mélange de douceur et de force, propulse l’engin dans un redoutable confort. Rapidement arrivé, les stars animent les débats: Brad Pitt, Jason Statham, Keanu Reeves, Patrick Dempsey, Jacky Chan… Ils sont nombreux à être venus assister à la course. Tout comme le public: 263 500 spectateurs!

Mais une invitée de dernière minute fait son apparition: la pluie! Diluvienne…

Véritable casse tête pour les ingénieurs: quels pneus monter? Le départ s’effectue sous voiture de sécurité, une première au Mans, et la Safety Car occupera le terrain durant 1H avant de lâcher les 56 concurrents sur une piste quasi sèche!

Audi maudit par le chiffre 13

Battu par Porsche l’année dernière. Audi restait sur un total de 13 victoires au Mans. 13, un chiffre qui ne porte décidément pas chance!

La R18 #7 voit tout espoir de victoire s’envoler au cours de la deuxième heure de la course lorsque Lotterer, qui était en tête, a du faire un arrêt au stand afin de changer le turbo. La #7 finira 4ème au général.

La R18 #8, victorieuse à Spa il y a quelques semaines, a elle aussi subit plusieurs avaries comme un disque de frein défectueux, elle finit tout de même sur le podium à la 3ème position!

Malgré l’absence de victoire, Audi marque de gros points pour le championnat WEC.

A noter que la toute nouvelle TT RS était présente devant les réceptifs Audi accompagnée de la dernière Audi R8 Spyder.

Toyota gagnant des 23h57

Les Japonais ont certainement vécu leur pire Le Mans. Non pas par le résultat, mais plutôt par le faux espoir. Le même qu’un rendez vous amoureux qui ne se conclut pas.

Il reste un peu plus de 3 min de course soit 1 tour à réaliser. La Toyota #5 s’immobilise sur la ligne d’arrivée – Panne de turbo – et laisse filer la Porsche n°2. Mazda reste donc le dernier constructeur Japonais a avoir gagné le Mans, c’était il y a 25 ans!

En lot de consolation, Kamui Kobayashi a signé le meilleur tour en course avec un chrono de 3’21’’445 et la Toy’ #6 rescapée finira à la 2ème place. Toyota a déjà annoncé revenir l’année prochaine pour essayer d’emporter cette victoire qui lui échappe depuis tant d’années.

Ford réussit l’exploit 50 ans plus tard

Décorées de bleu blanc rouge, Ford engageait 4 GT LM à l’assaut des 24H. Les moyens étaient là mais la modestie bien présentes. Avant le départ, une parade Ford anime la piste: Focus RS, Mustang, Mustang Convertible, d’antique GT40 restaurées, les mêmes ayant remportées l’épreuve il y a si longtemps, mais aussi la toute nouvelle GT de route!

Au bout de 24H de course, Ford réécrit l’histoire 50 ans après en réussissant à s’imposer en catégorie GTE Pro devant… Ferrari! Historique! Au volant de la #68 victorieuse on trouve un certain Sebastien Bourdais, il était accompagné de Joey Hand et Dirk Müller.

Après l’arrivée, la Ford N°68 a été sanctionnée de 50 secondes pour avoir été trop rapide dans une slow zone, suite à une réclamation de la Ferrari Risi, deuxième à l’arrivée, et de 20 secondes de plus pour un problème de compte tour. Heureusement pour Ford, la Ferrari Risi a été sanctionnée à son tour, de 20 secondes, pour ne pas avoir respecté une demande de la direction de course de réparer le panneau lumineux indiquant la position sur le côté.

L’incroyable aventure de Fred Sausset

Les mécanos amènent les autos sur la ligne droite des stands peu avant le départ à 15H. Un homme remonte la ligne droite sous une standing ovation du public. Pas à pied non, mais en chaise roulante, cet homme c’est Frederic Sausset, quadri-amputé avec un seul rêve dans la tête: courir les 24H du Mans!

On l’avait rencontré l’année dernière, nous racontant son histoire et ses ambitions.

Véritable leçon de vie. L’équipe du SRT41 est allé au bout du rêve. Sans un problème d’embrayage, elle pouvait même espérait mieux que la 38ème place.

Porsche, la victoire qu’on n’attendait pas

Porsche remporte donc cette 84ème édition des 24H du Mans. La 18ème victoire de la marque, un record pour un constructeur.

Un triomphe modeste, tellement Toyota a dominé cette épreuve. Il faut dire que tout le monde a eu du mal à réaliser ce qui s’était passé durant le dernier tour, mais l’histoire ne retiendra que le gagnant.

Les 24H du Mans 2016 en 10 min

Classement des 24H du Mans 2016

LM P1

1 – Porsche Team (Porsche 919 Hybrid n°2) Romain Dumas – Marc Lieb – Neel Jani
2 – Toyota Gazoo Racing (Toyota TS050 Hybrid n°6) Mike Conway – Kamui Kobayashi – Stéphane Sarrazin
3 – Audi R 18 Team Joest (Audi R 18 Team Joest n°8) Lucas Di Grassi – Loïc Duval – Olivier Jarvis

LM P2

1 – Signatech Alpine (Alpine A460-Nissan n°36) Gustavo Menezes – Nicolas Lapierre – Stéphane Richelmi
2 – G-Drive Racing (Oreca 05-Nissan n°26) Roman Rusinov – Will Stevens – René Rast
3 – SMP Racing (BR Engineering BR01-Nissan n°37) Vitaly Petrov – Viktor Shaitar – Kirill Ladygin

LM GTE Pro

1 – Ford Chip Ganassi Team USA (Ford GT n°68) Joey Hand – Dirk Müller – Sébastien Bourdais
2 – Risi Competizione (Ferrari 488 GTE n°82) Giancarlo Fisichella – Toni Vilander – Matteo Malucelli
3 – Ford Chip Ganassi Team USA (Ford GT n°69) Ryan Briscoe – Richard Westbrook – Scott Dixon

LM GTE Am

1 – Scuderia Corsa (Ferrari 458 Italia GT2 n°62) Bill Sweedler – Townsend Bell – Jeff Segal
2 – AF Corse (Ferrari 458 Italia GT2 n°83) François Perrodo – Emmanuel Collard – Rui
3 – Águas Abu Dhabi-Proton Racing (Porsche 911 RSR n°88) Khaled Al Qubaisi – Patrick Long – David Heinemeier Hansson

Photos des 24H du Mans 2016

Un énorme merci à Audi pour m’avoir permis de vivre l’épreuve dans les meilleures conditions possibles.

Previous post

VUHL dévoile sa brutale 5RR

Next post

McLaren révèle la 570S Sprint à Goodwood

Thomas Boulenger

Thomas Boulenger

Fondateur de SpeedGuerilla. Amoureux de vitesse et photographe à ses heures.