C’est lors un roadtrip mémorable en Roumanie que j’ai pu apprécier la Seat Leon Cupra 290 ch. D’autant plus qu’elle était équipée du pack Sub’8 Black, synonyme de record sur le Nurburgring et donc de performances!

Extérieur

Discrétion assurée pour cette Leon.  La ligne de cette Cupra ne joue pas dans l’exubérance : petits logos et pas d’antibrouillards dans le bouclier avant. Pourtant un œil aguerri ne se trompera pas: la Cupra étant trahie par sa double sortie d’échappement et ses jantes de 19″. Elle se distingue également par ses jupes latérales ou encore sa calandre spécifique et son spoiler.

Seat propose au catalogue un pack energy (jantes et rétroviseurs orange) et d’un pack blanc. A mon gout, le pack black est celui qui lui va le mieux. Si les premières Cupra étaient proposées dans un jaune canari flashy, le nuancier des teintes extérieures en 2016 se composent de 3 gris, un blanc, un noir ainsi qu’un rouge et un bleu.

Seat mise donc sur la sobriété, s’inspirant presque du cousin germain Volkswagen. La ligne extérieure reste très agréable d’un point de vue personnel, surtout l’arrière.

Intérieur

Il en va de même pour l’habitacle, toujours plus germanique: Pas de fioritures! Les plastiques noirs sont de qualité et bien ajustés, mais manquent cruellement de fun. Le volant à méplat avec ses coutures jaunes et les compteurs badgés Cupra rappellent quand même le pedigree de l’auto.

Le maintien est assuré par des baquets sport bi-ton en suédine. Ils arrivent même à préserver le confort sur long parcours. Pour résumer, tout est très bien fait et sans fioritures.

De manière logique, la SC (coupé) propose l’habitacle le plus exigu, la berline facilite l’accès aux places arrières et la ST (break) y ajoute un volume de chargement conséquent, qualité insoupçonnable pour une sportive.

Moteur

Le 2.0 TSI issu du groupe VAG développe ici 290 ch. Une puissance bien suffisante pour le seul train avant.

La vitesse maxi, limitée électroniquement à 250 km/h, est atteinte avec une grande facilité tant ce quatre cylindres turbo fait preuve de vitalité. Doté de la double injection et du calage variable des deux arbres à cames, ce moteur est très souple, vigoureux et émet une sonorité rauque assez évocatrice (tout en restant discrète). Surtout associé à la boite DSG, qui produit une déflagration à l’échappement à chaque montée de rapport! Il faudra y aller fort pour l’entendre sur la boite manuelle. On pourra seulement reprocher à ce 2.0 TSI son extrême linéarité.

La version la plus rapide sur l’épreuve du 0 à 100 km/h est la SC associé à la boite DSG6: 5,6 sec seulement!

fiche technique cupra 290

Châssis

La Leon dispose du Seat Drive Profile qui propose trois modes de conduite et un mode à la carte. Le mode confort adoucit la direction et les amortisseurs pour offrir un moelleux correct. Le mode sport affermit le tout, retarde l’intervention de l’ESP et amplifie la sonorité du moteur à l’accélération. Et enfin le mode Cupra, pour tirer la quintessence de la mécanique.

A l’usage, la Leon Cupra reste très facile à mener en conduite dynamique, que ce soit en boite DSG ou manuelle. Le train avant se place là où l’on veut, tandis que le train arrière suit sans broncher. On peut remercier le différentiel à glissement limité piloté électroniquement, qui renvoie la puissance sur la roue extérieure lorsque l’intérieure patine en virages. Ça motrice très fort avec quelques légères réactions dans le volant.

C’est sportif et terriblement efficace, que ce soit dans les épingles ou dans les grandes courbes. La direction est précise et l’amortissement contient bien les mouvements de caisse sans pour autant devenir cassant lorsque le bitume se dégrade (et il se dégrade très bien en Roumanie).

Equipée du pack Sub’8, la Leon disposait même des freins Brembo majorés à quatre pistons et des jantes allégées réduisant de 8,4 kg les masses non suspendues. Un freinage endurant qui permettra aux sportifs du weekend de s’aventurer sur circuit. Toujours en option, elle pourra même chaussée les fameux Michelin Pilot Sport Cup 2 qui lui ont permis de signer un temps inférieur à 8 minutes sur le circuit du Nürburgring.

Conclusion

La Seat Leon Cupra 290 épate par son incroyable polyvalence! Aussi à l’aise sur circuit que dans les bouchons avec en prime un tarif compétitif: L’Espagnole est en effet particulièrement bien dotée: différentiel autobloquant, suspension pilotée, phares full LED, GPS et caméra de recul sont de série!


Prix maximum TTC du modèle de base en boite DSG : 35 715 €

  • Blocage de différentiel mécanique à régulation électronique (VAQ)
  • SEAT Drive Profile CUPRA, 4 modes de conduite
  • Mode CUPRA avec désactivation de l’ESC
  • Suspension pilotée DCC (confort/sport/cupra)
  • Projecteurs Full LED et feux arrière à LED
  • Parechocs extérieurs CUPRA
  • Deux sorties d’échappement chromées
  • Etriers de freins rouge
  • Seuils de portes CUPRA en aluminium
  • Châssis sport CUPRA (-10mm vs Leon FR)
  • Vitres arrière surteintées
  • Rétroviseurs noirs
  • Climatisation automatique Climatronic
  • Radars de stationnement avant/arrière
  • Détecteur de pluie et luminosité
  • GPS Europe tactile, écran 6,5’’, fonction Full Link (MirrorLink® + Android Auto® + Apple CarPlay®)
  • Caméra de recul
  • Contrôle vocal
  • Prise USB et carte SD
  • SEAT Sound system (9 haut-parleurs et caisson de basses à faible encombrement)

Et comme options:

  • Pack Sub’8 Black (Jantes alliage CUPRA Performance 19’’ BLACK / Freinage Brembo avec étriers rouges / Jupes latérales / Pack extérieur BLACK / Kit anticrevaison (remplace la roue de secours de série):
    Avec pneumatiques standard à 2 170 € ou avec pneumatiques MICHELIN Pilot Sport Cup 2 à 2 625 €
  • Sièges baquet Top Sport Alcantara à 1 175 €
  • Blanc Nevada Métallisée à 645 €
  • pack Techno (Feux de route intelligents et Lane Assist) à 305 €
  • pack Adaptatif (Régulateur de vitesse adaptatif et Front Assist) à 485 €
  • Grand toit ouvrant à 810 €
  • Lecture des panneaux à 130 €

Elle s’affichait donc à 41 435,00 €

PHOTOS DE LA SEAT LEON CUPRA 290 ch

Fiche Technique
MOTEUR
Type : 4 cylindres en ligne, 16 soupapes
Alimentation : Turbo
Cylindrée (cm3) : 1984
Puissance maxi (ch à trs/mn) : 290 à 5900
Couple maxi (Nm à trs/mn) : 350 à 1700
TRANSMISSION
Traction
Boîte de vitesses (rapports) : Automatique (6)
POIDS
Données constructeur DIN à vide (kg) : 1395
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 4,8
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 250
0 à 100 km/h : 5,6″
CONSOMMATION
Moyenne normalisée (L/100 Km) : 6,5
CO2 (g/Km) : 149
Malus : 900€
Puissance fiscale : 18 CV

Nos remerciements à Seat France.

Editor's Rating

Plaisir de conduire 8.5
Performances 9.5
Sex Appeal 8.0
Vie à bord 8.0
8.5
Previous post

A l'assaut de la Transfagarasan pour fêter 20 ans de Cupra!

Next post

La Renault Megane 4 RS surprise en Espagne!

Thomas Boulenger

Thomas Boulenger

Fondateur de SpeedGuerilla. Amoureux de vitesse et photographe à ses heures.

  • Steeves Celine

    sans aucun intérêt des voitures de ce genre il y en a des tonnes ,le plaisir c’est le survirage ,le dérapage ,des Twingo musclées avec un moteur comme celui là c’est le retour au plaisir de conduire ,et j’espère que ces voitures qui ne bougent pas finiront par disparaître ,golf ,clio ,seat, fiat 500qui n’offrent aucun plaisir a part celui de regarder le compte tour et écouter un bruit bricolé pour faire croire qu’on a une bête de piste !!

  • Emeric Cadart

    Mais la recherche actuelle s’oriente vers l’efficacité… ce qui semble être le cas de bon nombre d’autos citées par vous même ci-dessus. Cependant, il est vrai que le côté « fun » d’une auto est très intéressant aussi.