A l’heure où je vous parle, notre Français Sébastien Ogier est devenu Quadruple Champion du Monde des Rallyes WRC ! En digne héritier du ô-grand Sébastien Loeb, nonuple Champion du Monde WRC. C’est 13 dernières saisons (depuis 2004), nos Seb’s monopolisent donc la première place du podium mondial.

A quelques points du sâcre, nous avons pu vivre, au plus près de l’action, le Tour de Corse 2016 grâce à Volkswagen France. Une incroyable aventure à découvrir de magnifiques paysages et vivre d’insolites expériences.

Notre grosse carlingue posée sur la piste de Porto Vecchio, nous sommes en route pour vider nos affaires à l’hôtel, s’enfiler rapidement une pièce de Black Angus et reprendre la route pour notre programme de l’après-midi : le Volkswagen Driving Experience.

Arrivé sur place, ce sont 4 Golf R, spécialement préparées pour la terre, qui nous attendent. Après avoir enfilé dans notre combinaison floquée VW et après un léger briefing, nous voici au volant, comme des pilotes de rallye en herbe !

vw_drivingexperience-by-williamk-67

L’expérience est nouvelle, des sensations jamais connues auparavant. Avec ces gommes « routières », les glisses sont assurées et le système 4 roues motrices nous permet de belles sorties de courbes, avec plus ou moins d’angle. Les conseils avisés des instructeurs nous permettent des passages de plus en plus propres mais surtout de plus en plus forts. Les autos prennent des angles impressionnants au fur et à mesure du coaching. L’occasion donc, pour une large partie de l’équipe, de rapidement se prendre au jeu. Pour terminer, nous avons eu l’occasion d’effectuer un baptême en passager avec un pilote usine de chez Volkswagen Allemagne. Une façon comme une autre de nous montrer que nous sommes encore loin des limites d’une auto civile (seuls les amortisseurs ont été modifiés pour ce programme), alors, n’osons même pas imaginer les capacités d’une voiture de rallye.

Le lendemain, le programme est chargé. Après un transfert en minibus, nous voici dans la première surprise du week-end. Si le temps le permet, nous relierons la totalité des spéciales prévues dans notre programme… en hélicoptère. C’est donc vers la 1ère spéciale prévue du programme que nous transporte notre pilote : ES6 Novella – Pietralba.

Longue de 30,8km, c’est sous un grand soleil que cette spéciale se passera, l’occasion pour les pilotes de s’exprimer pleinement sans réels contraintes.

Notre spot est rapide avec un enchainement gauche-droite alors que les autos arrivent d’une longue ligne droite. Les Polo WRC sont impressionnantes par leurs bruits de décharge du turbo !

Au bout de cette ES6, ce sont les deux VW Polo de S.Ogier et A.Mikkelsen qui pointent en tête en 18:26.2 min exactement pour les deux autos, suivies de la Hyundai du Belge T.Neuville à une petite seconde (18:27.2 min). L’écart s’étant cependant déjà creusé au général avec T.Neuville pointant en 2nde place à +53,6 sec de Sébastien Ogier et A.Mikkelsen à +59,0 sec.

La prochaine liaison en hélico se fait depuis notre point de rendez-vous sur l’ES6 direction le Service Park principal de Bastia. Situé à l’aéroport de Bastia, nous sommes donc déposés à quelques mètres des motorhomes. L’occasion pour nous de visiter l’hospitalité et le service de Volkswagen, nous permettant aussi d’apprendre quelques anecdotes comme :

  • Le changement d’une boite de vitesses s’opère en moins de 12 minutes sur une Polo WRC.
  • Le changement d’une roue par un pilote (lors d’un problème sur Spéciale par exemple) prend en moyenne – de 1 minute.

L’occasion aussi pour nous de nous restaurer avant une après-midi dédiée à l’ES7 et ses 53,72km (2ème spéciale la plus longue du Tour de Corse).

Arrivés sur l’ES7, le temps se dégrade et pourrait bien renverser la situation du rallye, si la pluie venait à arriver. Aussitôt imaginée, aussitôt arrivée, la pluie vient bouleverser les WRC sur leurs parcours et apporte une dose de difficulté à cette spéciale déjà très éprouvante par sa longueur. Malgré cela, seule la voiture « 0 » pointera absente et laissera place à un Sébastien Ogier déchainé ! Avec un temps de 35:38.1 min, S.Ogier et J.Ingrassia posent le temps de référence, suivis par Thierry Neuville à +5,9 sec et Andreas Mikkelsen à +11,3 sec

Au général, nous retrouvons toujours Sébastien Ogier en tête, suivi de Thierry Neuville à +59,5 sec et d’Andreas Mikkelsen à +1:10,3 min. Une belle perspective de victoire sur ce Tour de Corse pour Seb Ogier, à 3 spéciales de la fin de ce Tour de Corse.

Journée terminée pour nous, la pluie se renforçant ainsi que le plafond nuageux s’abattant sur les massifs Corse, il sera pour nous impossible de rentrer à l’hôtel de manière express (l’hélico, c’est incroyablement rapide!). Nous profiterons donc du retour Bastia -> Porto Vecchio en minibus pour faire une petite sieste. Demain, nous participerons à la Power Stage (ES10), une épreuve « spéciale » permettant d’encaisser des points bonus au classement des pilotes.

12h08, la première auto s’élance sur la Power Stage.

Courte spéciale, avec seulement 10,42km, ce dernier tracé est donc un travail de tous les instants, celui à ne pas rater, apportant quelques points bonus pour le championnat des pilotes (1er : +3 pts / 2nd : +2 pts / 3ème : +1 pt). Après de brefs passages, c’est une surprise : Kris Meeke et sa Citroën DS3 WRC s’impose avec un temps de référence de 6:09,00 min suivi de Andreas Mikkelsen à +0,5 sec et Sebastien Ogier à +1,6 sec. L’occasion tout de même pour Seb Ogier d’empocher 1 point supplémentaire pour le championnat.

Direction le podium pour honorer la victoire et le proche-titre de Sebastien Ogier mais surtout sa première victoire au Tour de Corse, victoire tant désirée par Seb.

Voici donc le podium final de ce Tour de Corse :

  1. Sébastien Ogier / Julien Ingrassia (Volkswagen) en 4h:07m:17s
  2. Thierry Neuville / Nicolas Gilsoul (Hyundai) en 4h:08m:03s (+0:46 min)
  3. Andreas Mikkelsen / Anders Jaeger (Volkswagen) en 4h:08m:27s (+1:10 min)

wrc-02-10-0897

Nos remerciements à Volkswagen France et Volkswagen Motorsport pour leur accueil et sympathie tout au long du voyage !

Crédits photos : Emeric pour Speedguerilla / WilliamK pour Volkswagen France

Previous post

Un nouveau titre et une nouvelle M4 DTM Champion Edition

Next post

Les nouveaux barèmes du bonus/malus pour 2017

Emeric Cadart

Emeric Cadart

Petrolhead à ses heures perdues, du SP98 coule dans ses veines.
Avec comme réveil le V10 d'une Carrera GT, Emeric est passionné par les supercars, GT mais aussi les petites GTI's.