L’hybride – essence étant très répandu actuellement, le moteur diesel combiné à un moteur électrique l’est beaucoup moins. Une première pour l’équipe de Speedguerilla, nous voici au volant d’une Mercedes Classe C Berline équipée du 4 cylindres diesel hybride non rechargeable, nom de code : C300h. Petite sœur de la C350e, cette Classe C se veut confortable tout en proposant une consommation et une émission de C0² des plus faibles possible.

Extérieur

De l’extérieur, avec sa coupe Berline et sa peinture Argent Iridium, notre Classe C reste discrète. Cependant, avec l’emploi du pack AMG Line, l’auto hérite d’un look bien plus sportif et sympa qu’une Classe C « de base », agrémentée par les jantes multibranches en 19 pouces. La signature lumineuse est quand à elle très soignée et sublime l’auto. La nuit tombée, le coloris « Argent Iridium » devient tout à coup une couleur très intéressante sur cette Classe C, ayant tendance à se matifier.

Intérieur

A l’intérieur, cette C300h se veut confortable et agréable. Les sièges avants réglables électriquement offrent une amplitude de réglages impressionnante, permettant de régler l’avant de l’assise ou l’arrière indépendamment par exemple. Ces sièges offrent d’ailleurs un confort plus que correct dans cette gamme de berline. A l’arrière, le confort est dans la moyenne, l’espace de vie étant correct, que ce soit en hauteur comme en longueur (la hauteur arrière étant un gros problème sur CLA et C Coupé par exemple).

L’infotainment Comand est des plus agréable à l’utilisation, grâce entre autre au pad et à la molette centrale tout deux très faciles de prise en main. Vous pouvez jongler facilement entre les divers menus comme Média – Radio – Navi – Auto ou même Téléphone. Le menu « Auto » propose le réglage d’un mode de conduite « Individual » permettant la gestion personnalisée de la direction, de la pédale d’accélérateur, de la climatisation ainsi que du start&stop. Tout ces menus et réglages sont visibles sur le grand écran couleur 8,4 pouces disposé en plein centre du tableau de bord. Un bon point supplémentaire, l’écran ne reçoit plus d’énormes bords en plastique comme précédemment et devient 100% avec un léger cadre chromé. Le son quant à lui et très correct mais pourrait présenter quelques défauts aux oreilles d’un mélomane (pour contrer cela, le système audio Burmester 590W composés de 13 haut-parleurs est disponible en option au tarif de 1 000,00€) .

Nous regretterons cependant l’absence d’une vision « tête haute » permettant de recevoir les informations importantes directement sur le pare brise (rapport engagé / vitesse).

Conduite

A la conduite, cette C300h se montre très agréable. Le confort est dans la moyenne de la gamme et les kilomètres s’avalent très rapidement, la sensation de vitesse semble même atténuée dans cette auto. La différence entre les modes de conduite tels que Confort/Sport est très perceptible au niveau des réactions plus spontanées à l’accélération, des passages de rapports mais aussi du ressenti dans le volant, la direction se raffermissant en mode sport.

La boite 7G-Tronic montre un étagement clairement orienté vers une baisse de la consommation, chose remarquée après un trajet mixte d’environ 150km alternant 50-90 et 110km/h conclu par une moyenne de 5,2l/100. Sur nos 2 jours d’essais, après 500 kilomètres parcourus, la consommation moyenne fut de 5,8l/100. Une consommation faible pour une auto de ce gabarit, avec un poids dépassant les 2 tonnes (conducteur + 1 passager).

Agréable surprise, la gestion thermique/électrique est très bien gérée. Lors de phases de démarrage ou de roulage régulé en ville, l’électrique prend rapidement le pas et devient la seule et unique motorisation. Dès lors que les 90km/h sont dépassés, il semblerait que l’électrique vienne aider le thermique mais non le remplacer. A l’oreille, la bascule Thermique/Électrique se fait entendre mais l’isolation phonique de l’auto étant très correcte, le confort reste idéal peu importe la motorisation active.

Quant à la motorisation en elle-même, la puissance globale est plus que suffisante et permet des insertions/dépassements sans problèmes. Le couple, aidé par la motorisation thermique permet de rouler sans devoir obligatoirement descendre un voir deux rapports, idéal quand on souhaite une conduite coulée et non agressive.

Cependant, nous regretterons l’absence de régulateur adaptatif Distronic Plus ainsi que l’absence des détecteurs d’angles morts. Gros moins aussi, difficile de croire qu’une auto à ce tarif, dans cette finition, se voit exemptée d’une caméra de recul. Dommage mais pas indispensable cependant, les détecteurs avants/arrières étant toujours présents.

Conclusion

N’ayant actuellement réellement pas de concurrentes directes en motorisations diesel-hybrides, cette Classe C300h fait son nid et attire de plus en plus de clients. Avec une consommation faible, elle n’est d’ailleurs pas bien plus chère que sa petite sœur 100% thermique C250d. Cette auto peut d’ailleurs parfaitement convenir à tout types de VTC/Taxi à la recherche d’une berline confortable et efficace. Malgré quelques petits reproches sur diverses options, cette auto fut une très bonne découverte, comme 1er essai d’une auto hybride mêlant Diesel et Électricité.


Prix maximum TTC du modèle de base : 55 900 €

  • Pack « AMG Line » extérieur
  • Pack « AMG Line » intérieur
  • Intérieur similicuir « Artico Noir »
  • Projecteurs hautes performances à technologie LED
  • Climatisation automatique bi-zone Thermatic
  • Pack d’éclairage intérieur

Et comme options:

  • Comand Online : système multimédia avec écran haute résolution couleur 8,4″ à 2 400,00 €
  • Toit ouvrant panoramique à 2 150,00 €
  • Peinture métallisée « Argent Iridium » à 1 050,00 €
  • Jantes alliage AMG 19″ multibranches à 900,00 €

Elle s’affichait donc à 62 400,00 €

Photos de la Mercedes Classe C300h

Fiche technique
MOTEUR
Type : 4 cylindres en ligne + Électrique
Cylindrée (cm3) : 2143
Alimentation : Turbocompresseur
Puissance maxi (ch DIN à tr/mn) : 231ch combinée
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 260Nm électrique / 500Nm thermique de 1600 à 1800 tr/min
TRANSMISSION
Propulsion
Boîte de vitesses (rapports) : Automatique (7)
POIDS
Données constructeur (kg) : 1842
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 7,97
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 244
0 à 100 km/h : 6,4″
CONSOMMATION
Moyenne constructeur (L/100 Km) : 3,6
CO2 (g/km) : 94
Puissance fiscale : 10 CV

Nos remerciement à SAGA Mercedes pour le prêt du véhicule

Crédits Photos : Guillaume / Emeric pour Speedguerilla

Editor's Rating

Plaisir de conduire 7.5
Performances 8.0
Sex Appeal 8.0
Vie à bord 8.5
Les + : Confort et Consommation // Les - : Poids et Absence d'options intéressantes
8.0
Previous post

Project CARS : Pagani Edition, gratuit et compatible VR

Next post

Sans attendre, voici la nouvelle Audi A5 Cabriolet

Emeric Cadart

Emeric Cadart

Petrolhead à ses heures perdues, du SP98 coule dans ses veines.
Avec comme réveil le V10 d'une Carrera GT, Emeric est passionné par les supercars, GT mais aussi les petites GTI's.