2011… l’année à laquelle le coupé par Toyota a fait sa première apparition mondiale au salon de Tokyo… Depuis, le coupé sportif a fait son bout de chemin, évolué et revient en pleine forme en cette année 2016 avec un restylage discret mais suffisant. Nous avions eu l’opportunité de tester la première version sur circuit (voir l’article en question ici) ainsi que sa cousine BRZ sur route, l’occasion donc pour nous de l’essayer plus amplement et de vous livrer notre avis.

Extérieur

De l’extérieur, ce petit coupé impose par son agressivité et sa hauteur très réduite. Par rapport à la 1ère version, ce GT86 adopte un bouclier avant redessiné, dans lequel nous pouvons retrouver une calandre plus volumineuse qu’auparavant. Des nouvelles optiques à l’avant ainsi qu’à l’arrière viennent rajeunir l’auto, entre autre grâce à l’emploi de la technologie LED. Le bouclier arrière reçoit lui aussi un coup de bistouri, plus particulièrement au niveau de la malle de coffre ainsi que du diffuseur. On retrouve les 2 sorties d’échappements diamètre 86mm… notez la référence!

Concernant le profil, un travail sur les bas de caisses a été effectué et permet d’obtenir un profil bien plus fluide qu’auparavant. Quant aux jantes 17″ bi-ton, elles accentuent le caractère sportif de l’auto mais semblent tout de même « un poil » petite. Notre version d’essai n’était pas équipée du « spoiler arrière »… pas plus mal à vrai dire, celui ci n’étant pas du plus bel effet.

Pour rappel, en avril 2016, Toyota avait présenté un concept du GT86 en format « break de chasse » (voir l’article ici).

Intérieur

A l’intérieur, nous retrouvons un tableau de bord simple mais efficace. Légèrement moussé et recouvert d’un flocage carbone à quelques endroits, celui ci présente très bien. Les sièges en tissus sont agréables et fermes à la fois, proposant un maintien idéal et une très bonne position de conduite. La console centrale n’est pas sans rappeler l’aviation avec ses boutons typiques de ce domaine. Nous apprécierons aussi les diverses parties recouvertes de cuir et coutures blanches : volant, frein à main, levier de vitesses, accoudoir central et panneaux de portes.

Cependant, ce coupé est idéal pour deux personnes, peut-être moins pour quatre… les places arrières étant (très) limitées… en fonction toujours de la taille des personnes à l’avant. Avec un peu d’efforts mutuels, nous avons tout de même réussi à caser des personnes à l’arrière.

Pour le coffre, celui ci propose un volume de 243 litres, un poil léger il est vrai pour un coupé comme ce GT86.

Conduite

C’est la que se livre le meilleur du GT86.

Côté puissance, le GT86 développe 200cv pour 205Nm de Couple. Dès 2 800 tr/min, 95% du couple est disponible et ce jusqu’à percevoir un trou à mi-régime entre 3 200 et 4 500 tr/min. Ensuite, le moteur explose pour atteindre sa puissance max à 7 000 tr/min, à 500 tours de son régime moteur maximal (7 500 tr/min). L’explosion de puissance est très remarquable à l’utilisation, donnant un second souffle au GT86. Malgré cela, les accélérations ne sont pas fulgurantes, tout du moins, pas autant qu’on pourrait s’y attendre.

Cependant, le côté très intéressant de ce GT86, c’est sa transmission… au roues arrières uniquement ! Cela donne un énorme côté fun à l’auto et aura su nous donner le sourire tout au long de ce week-end d’essai. Au moindre virage humide, le seul petit coup de gaz de trop vous fera perdre le train arrière, dans une dérive complétement contrôlée. Car oui, ce GT86 a la fâcheuse tendance de remuer du popotin, mais sait se montrer très facile à rattraper. Il faut même avouer que cela devient rapidement un jeu.

A l’utilisation, la boite automatique se montre plaisante, avec des passages de rapport rapides, que ce soit en mode automatique comme séquentiel. Les différences entre les divers modes sont bien perceptibles et la consommation s’en ressent aussi. En séquentiel, nous sommes libres de gérer nos montées et descentes de rapports comme bon nous semble, un vrai plus, la boite nous laissant complète liberté.

Point noir de notre essai… la consommation. Vous me direz, la consommation d’un moteur Subaru a toujours était son point noir… c’est bien vrai. Le 4 cylindres Boxer se montre très gourmand, parfois trop. Malgré une utilisation cool, en villes et périphéries, il sera difficile de descendre en dessous des 12,5L/100km de consommation moyenne. Cependant, lors d’un trajet régulé autoroutes-départementales donc 130-110-90 et 70 km/h, nous avons réussi à obtenir une consommation moyenne de 7,9L/100km, un léger mieux.

Cela n’entache en rien le plaisir de conduite procuré par cette auto, mais cela peut peser dans la balance au moment du choix.

Conclusion

Ce GT86, c’est 3/4 plaisir, 1/4 frustration. Il nous offre le côté fun qui donne le sourire à tout moment, mais celui-ci se voit atténué par un léger manque de puissance et une consommation un peu haute. A cela, il faudra ajouter un tarif qui passera allègrement le 40.000€ au 1er Janvier (malus écologique et carte grise inclus), tout de même pas rien pour un Coupé 2+2.

Si vous cherchez du fun avec une auto sympa, foncez… si vous êtes plutôt orienté 100% performances, vous trouverez probablement mieux dans cette échelle de tarifs.


Prix maximum TTC du modèle de base : 32 390 €

  • Double sortie d’échappement chromée
  • Projecteurs bi-LED + clignotants et antibrouillards à LED
  • Jantes 10 branches en alliage bi-ton 17″
  • Projecteurs bi-xénon avec lave-phares
  • Différentiel à glissement limité TORSEN
  • Régulateur de vitesse
  • Système de contrôle de stabilité (VSC) avec commutateur VSC Sport
  • Allumage automatique des feux
  • Climatisation bi-zone
  • Système Toyota Touch avec écran tactile de 6.1″, 6 haut-parleurs, lecteur CD, ports AUX + USB et système Bluetooth
  • Système d’ouverture et de démarrage sans clé « Smart Entry&Start »

Et comme options:

  • Boîte automatique 6 rapports à 1 600,00 €
  • Système de navigation Toyota Touch&Go à 700,00 €
  • Peinture métallisée « Blanc Nacré » à 620,00 €

Elle s’affichait donc à 37 510,00 €

Photos de la Toyota GT86 Facelift

Fiche technique
MOTEUR
Type : 4 cylindres à plat
Cylindrée (cm3) : 1998
Alimentation : Atmosphérique
Puissance maxi (ch DIN à tr/mn) : 200ch à 7 000 tr/min
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 205Nm de 6400 à 6600 tr/min
TRANSMISSION
Propulsion
Boîte de vitesses (rapports) : Automatique (6)
POIDS
Données constructeur (kg) : 1364
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 6,82
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 210
0 à 100 km/h : 8,2″
CONSOMMATION
Moyenne constructeur (L/100 Km) : 7,1
CO2 (g/km) : 164
Puissance fiscale : 12 CV

Nos remerciement à TOYS Motors pour le prêt du véhicule

Crédits Photos : Guillaume Petranto pour Speedguerilla

Editor's Rating

Plaisir de conduire 9.0
Performances 8.0
Sex Appeal 8.5
Vie à bord 8.0
Les + : Caractère et position de conduite // Les - : Consommation urbaine et léger manque de puissance
8.4
Previous post

La Donkervoort D8 GTO-RS est la supercar made in Holland

Next post

Steve McQueen et Le Mans dans une BD

Emeric Cadart

Emeric Cadart

Petrolhead à ses heures perdues, du SP98 coule dans ses veines.
Avec comme réveil le V10 d'une Carrera GT, Emeric est passionné par les supercars, GT mais aussi les petites GTI's.