2000 Articles publiés… un peu plus de 7 années après le lancement de Speedguerilla, l’histoire suit son cours. En ce jour particulier, nous profitons de cet évènement pour vous présenter notre nouvelle catégorie, qui espérons, sera pleine de belles histoires.

« #WeAreFast », pour les propriétaires et pour nous, ce sera l’occasion d’exposer le « pourquoi du comment » ils en sont venu a acheter cette/ces auto(s) mais surtout de parler de notre passion commune qu’est l’automobile.


Pour cette première, nous saisissons l’occasion lors d’une rencontre avec un propriétaire que beaucoup de monde connaissent, surnommé POG. Avec une large visibilité sur les divers réseaux sociaux, POG a accepté de répondre à diverses questions concernant sa vision actuelle de l’automobile, ses rêves et ses projets.


Speedguerilla : La passion automobile nait souvent très tôt et ne fait que s’accroitre au fur et à mesure des années, mais quelle était ta première auto ?

POGUne 205 blanche. Qui a fini dans le canal de la Deûle, sur Lille. Même pas de ma faute : un conducteur ivre est rentré dedans alors qu’elle était stationnée, et l’a fait tomber dans le canal. Ma fière 205 lui a probablement sauvé la vie, car sinon c’était lui qui y passait.

Speedguerilla : Et actuellement, quelles sont tes autos ?

POG : Lamborghini Aventador Arancio Argos (700 ch). Ferrari Speciale Aperta (605 ch, 499 exemplaires au monde, le chant du cygne et le point culminant de la fameuse lignée des Ferrari V8 atmosphérique central arrière) BMW X6 (405 ch) et d’autres peut-être ? Qui sait.

Speedguerilla : Qu’est ce qui t’as fait venir à ces marques et ces modèles ?

POG : BMW… le père d’un ami d’enfance a toujours roulé en BMW, ça a dû me marquer, inconsciemment. Et j’adore la ligne du X6, révolutionnaire et décrié à l’époque, maintenant beaucoup plus dans les mœurs et même copié par Mercedes. Lamborghini… rêve d’enfance. Et l’Aventador est parfaitement dans la lignée des monstres sacrés Diablo, Countach, mais en moderne. Look ravageur, l’une des plus belles voitures au monde à mon sens. Ferrari… il ne faut pas de raison pour aimer Ferrari. Qui n’aime pas ?

Speedguerilla : A l’heure actuelle, par quels modèles pourrais-tu les remplacer ?

POG : Plein. La passion automobile est insatiable. Bien des modèles ont leur charme propre. Mais je compte bien renouveler (du moins mon daily, je ne me vois pas me séparer de mes voitures de sport, j’ai déjà fait l’erreur avec la F430) et aussi compléter.

Speedguerilla : Un daily à renouveler, par quoi ?

POG : Justement, je me pose la question, puisque je veux changer mon X6. Je compte tester beaucoup de modèles, et partager avec des vidéos sur mes réseaux sociaux Pog. Pour l’instant, je pense RS6, Range Rover SVR, mais il y a tellement d’autres possibilités. Les tests drive vont être déterminants.

Speedguerilla : Quel est ton meilleur souvenir auto ?

POG : Pas un, plusieurs. Les autos marquent des époques de la vie. Quand je faisais rebondir des poubelles avec ma 205. La première fois que j’ai vu une 406 coupé (siglée Pininfarina !) et que j’ai réalisé que j’allais me l’acheter, ce qui est le moment fatal qui m’a fait basculer du côté des « belles voitures ». Filer en F430 sous le soleil, décapoté, à rythme très soutenu, en revenant d’un circuit, avec des amis et de belles voitures croisées à l’impromptu, tandis que ma compagne dort imperturbable sur le siège passager, et se faire finalement arrêter par la police, qui veut prendre des photos et voir le moteur. Récemment, il y a 3 semaines, le millier de personnes qui nous accueille à l’hommage Paul Walker à Auchan Béthune.

Speedguerilla : Parlons rêves… des rêves automobiles en particulier ?

POG : Les anciennes, tout doucement. La LaFerrari me fait toujours un effet particulier, et aussi les autres hypercars.

Speedguerilla : Il se dit qu’une 3ème auto est sur le point d’arriver… peut on avoir un indice ? Est-ce la dernière d’un incroyable trio ou la 3ème d’une longue liste ?

POG : 3ème, ou plus. Une petite nouvelle, oui, en janvier. Série limitée. Plus puissante que les autres. Couleur particulière. Gros travail sur la configuration. Ça va pas plaire à tout le monde. Après, suspens, mais je partagerai tout, y compris la livraison, et ma réaction, quelle qu’elle soit. En plus, je ne l’ai pas même conduite, c’est le genre de voitures qu’il faut acheter très rapidement, sans espoir de la tester, et en disant merci si on a la chance de pouvoir l’acheter. Alors autant le look, où je prends des risques, que le feeling de conduite seront des surprises, bonnes ou mauvaises, et je compte bien dire mon ressenti franchement dans une vidéo.

A chaque voiture, je me dis : « là, ça va, c’est la dernière, j’ai tout ce qu’il faut. » Et puis je rechute.

Speedguerilla : D’ailleurs, à choisir, Aventador ou Speciale A ?

POG : J’ai les deux, c’est bien qu’il est impossible de choisir. L’Aventador pour son look d’OVNI, le son et sa brutalité pure, la Speciale A pour son élégance et sa souplesse. L’idéal est de conduite l’Aperta décapotée et de tirer la bourre avec l’Aventador et la tu profites d’à peu près tout.

Speedguerilla : Dernière question, pourquoi POG ?

POG : Parce que.


Vous pouvez retrouver POG sur Facebook ( POG ), Instagram : @pogforever et Youtube : POG


Lamborghini LP700-4 Aventador
Type : 12 cylindres en V
Cylindrée (cm3) : 6498
Alimentation : Atmosphérique
Puissance maxi (ch DIN à tr/mn) : 700ch à 8 250 tr/min
Régime moteur maximal (tr/min) : 8 500 tr/min
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 690Nm à 5500 tr/min
TRANSMISSION
Intégrale
Boîte de vitesses (rapports) : Automatique (7)
POIDS
Données constructeur (kg) : 1939
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 2,77
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 350
0 à 100 km/h : 2,9″
CONSOMMATION
Moyenne constructeur (L/100 Km) : 16
CO2 (g/km) : 370
Puissance fiscale : 68 CV

En configuration, nous retrouvons une teinte extérieure perlée « Arancio Argos » (Orange Tri-couches) ainsi que des jantes « Iperione » en « Nero Lucido » (Noir Brillant). Sous le cache moteur en verre transparent, le compartiment moteur se voit entièrement composé de fibres de carbone.
Côté intérieur, configuration simple mais efficace, cuir noir surpiqué d’orange. L’acoustique étant en grande partie générée par le V12, le Lamborghini Sound System a tout de même été choisi lors de la configuration… toujours plaisant de s’évader musicalement à grande vitesse !

Ferrari 458 Speciale A
Type : 8 cylindres en V
Cylindrée (cm3) : 4497
Alimentation : Atmosphérique
Puissance maxi (ch DIN à tr/mn) : 605ch à 9 000 tr/min
Régime moteur maximal (tr/min) : 9 000 tr/min
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 540Nm à 6000 tr/min
TRANSMISSION
Propulsion
Boîte de vitesses (rapports) : Automatique (7)
POIDS
Données constructeur (kg) : 1520
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 2,51
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 325
0 à 100 km/h : 3,0″
CONSOMMATION
Moyenne constructeur (L/100 Km) : 11,8
CO2 (g/km) : 275
Puissance fiscale : 53 CV

Côté configuration, c’est du grand « Tailor-Made » !
Nous retrouvons un schéma de couleur extérieur « Bianco Avus » et bande Spéciale « Blu Nart ». Les jantes 5 bâtons sont spécifiques à la 458 Spéciale, ici en « Corsa Grey » avec centres de roue carbones et étriers de frein bleus (freins carbone/céramique de série). Les ouïes latérales du pare-chocs avant se sont vues repeintes en Blu Nart ainsi qu’une partie des bas de caisse latéraux. Nous retrouvons les badges « Scuderia Ferrari » jaunes sur les ailes avant ainsi que le Cavallino Rampante noir mat sur le pare-chocs arrière (pour l’anecdote, ce logo noir mat n’est proposé par Ferrari que lors d’achat d’autos limitées comme 458 Speciale A, 599 GTO ou LaFerrari). L’auto a d’ailleurs reçu une lame avant ainsi qu’un diffuseur arrière en fibre de carbone. Pour finir, l’échappement en titane vient compléter le tout.
A l’intérieur, nous restons sur le schéma bleu/blanc avec des sièges carbone « racing » et un tableau de bord en « Blu Sterling » surpiqués en blanc. Le ciel de toit quand à lui est en alcantara noir. A ce tableau de bord bleu s’ajoute le pack carbone intérieur, du plus bel effet et renforçant le caractère sportif de l’auto. Pour ce qui est du reste, fond de compteur blanc, Cavallino Rampante blancs sur les sièges et télémétrie complète avec caméra intégrée.

POG : #WeAreFast

Nos remerciements à POG, propos recueillis par Emeric pour Speedguerilla.
Récits : François Dequidt et Emeric Cadart
Photos : At The Moment pour POG et Speedguerilla.

Previous post

La Mercedes Classe E Coupé désormais officielle

Next post

Vitres teintées: attention à la verbalisation!

Emeric Cadart

Emeric Cadart

Petrolhead à ses heures perdues, du SP98 coule dans ses veines.
Avec comme réveil le V10 d'une Carrera GT, Emeric est passionné par les supercars, GT mais aussi les petites GTI's.