Connect with us

Circuit

WEC 6H du Nürburgring : les photos !

Publié

on

En manque d’endurance en cette période de trêve estivale ? Nous avons fait le plein d’images aux 6H du Nürburgring le mois dernier, juste pour vous !

Alors que la traditionnelle pause estivale touche à sa fin avec le retour de la F1 cette semaine et du WEC la semaine prochaine, il est grand temps pour nous aussi de vous proposer ce petit billet consacré au Championnat du Monde d’Endurance (FIA WEC), et plus spécifiquement aux 6H du Nürburgring. Quatrième manche et dernière épreuve européenne du calendrier, les 6H du Nürburgring arrivent quelques semaine après les 24H du Mans. Fort de sa victoire Mancelle, Porsche arrive à la maison avec la tête du championnat et une domination à confirmer. La marque allemande y affiche ses deux 919 Hybrid dotées du nouveau pack à fort appuis aérodynamique, afin de rivaliser avec les deux Toyota TS050 qui semblent toujours un cran au dessus en performances pures.

La course 

Après les 6H de Spa et les 24h du Mans, nous avons donc à nouveau sorti le sac photo à la quête des plus belles actions Porsche/Toyota, sans oublier le LMP2 et les GT où la course est toujours plus animée que jamais. La qualification du samedi promettait déjà de belles choses avec la pôle de l’irrésistible trio Kobayashi/Lopez/Conway sur la Toyota n°7, un souffle devant les deux Porsche et la Toyota n°8. En LMP2, le Jackie Chan DC Racing prenait la pôle, confirmant alors son succès du Mans, devant les deux Vaillante Rebellion. En GT Pro, la Porsche 911 RSR n°92 réalisait une belle pôle devant l’Aston Martin n°95 et la voiture soeur, tandis qu’en GT Am, les deux Aston prenaient les devant.

Les autos à peine lancées dans leur tour de formation, la Toyota n°8 rencontrait déjà un soucis mécanique, et prenait deux tours de retard dès les premiers instants, quel dommage pour le spectacle. Après une belle résistance jusqu’à la mi-course, la Toyota n°7 finit par laisser son trône à la Porsche n°2 dans un premier temps, puis la Porsche n°1 quelques tours après. Il restait alors à Porsche à contrôler la deuxième partie de la course, en s’appliquant à conserver les positions telles quelles pour agrandir l’avance au championnat du trio Tandy/Bamber/Bernahrd, et c’est exactement ce qu’ils ont fait ! Avec un écart de seulement une seconde et six dixièmes entre les deux 919, Porsche réalise le doublé sur ses terres et confirme sa suprématie au championnat, tandis que la Toyota n°7 termine à plus d’une minute et la n°8 à cinq tours. Au classement pilote, l’équipage de la Porsche n°2 compte désormais 30 points d’avance sur l’équipage de la Toyota n°8, tandis qu’au classement des constructeurs, Porsche domine par 39,5 unités.

En LMP2, la n°38 du Jackie Chan Racing menée par le trio Tung/Jarvis/Laurent réalise une course solide pour devancer la Rébellion n°31 de Senna/Canal/Albuquerque et l’Alpine n°36 de Lapierre/Menezes/Rao. Ce succès les maintient à une incroyable troisième place au championnat général à la mi saison avec 60 points, devant une Porsche et une Toyota… qui l’eut cru ?

La bataille en GT Pro fut à nouveau incroyable, avec des duels Porsche/Ferrari/Aston-Martin/Ford à en rêver la nuit. Mais au terme des six heures de course, c’est bien la Ferrari n°51 du team AF Corse qui décroche un succès bien mérité, avec l’équipage Calado/Pier/Guidi. La 488 devance les deux Porsche 911 RSR n°91 et 92. Au championnat, la bataille reste plus serrée que jamais, avec un équipage Ford Priaulx/Tincknell seulement 10 points devant Derani, Makowiecki et Lietz ! Vite, la suite !

Enfin en GT Am, c’est la Porsche du Dempsey Proton Racing qui l’emporte devant la Ferrari 488 n°54 du Spirit of Race et l’Aston Martin n°98. Au championnat, Dienst/Ried/Cairoli reprennent ainsi la tête du classement à égalité avec l’équipage Ferrari Sawa/Griffin/Mok.

La suite 

La suite, c’est du 1er au 3 septembre pour les 6h de Mexico, une épreuve sur un superbe tracé qui promet d’être à nouveau palpitante. Mais si l’on regarde un peu plus loin, à l’horizon 2018, beaucoup de questions nous viennent naturellement à la bouche. Nous ne le savions pas encore lors des 6H du Nürburgring, mais nous étions en train d’assister à la dernière course européenne des Porsche 919 Hybrid, Porsche ayant choisi de se retirer du championnat LMP1 à la fin de la saison pour se concentrer sur son engagement en Formule E en 2019. Que va donc devenir le LMP1 Hybride avec une équipe Toyota seule au monde, alors que nous vivions des championnats incroyables du temps où Porsche et Audi leur faisaient encore concurrence ? Nous ne parlerons même pas du LMP1 non-hybride, où la seule Bykolles court contre elle même depuis le passage de Rébellion en LMP2. Les organisateurs seront-ils en mesure d’attirer de nouveaux constructeurs grâce à un règlement remanié ou bien le LMP1 va-t-il mourir ? Quid de l’aura de l’ensemble du championnat sans ses têtes d’affiches ? Le LMP2 se porte au mieux, mais suffira-t-il à attirer les foules au Mans et ailleurs dans les prochaines années ? L’électrique va-t-il définitivement prendre le dessus sur le sport automobile que nous connaissons ? Autant de questions que nous nous posons et qui nous inquiètent sincèrement. Quoi qu’il en soit, nous souhaitons le meilleur à Porsche en Formule E ainsi que nous souhaitons la réussite aux organisateurs du FIA WEC dans leur course face à la montre pour attirer les constructeurs dans leur championnat, un championnat magnifique qui colle aux valeurs de tous les vrais passionnés de sport automobile depuis de nombreuses années.

Les Photos

Nous vous les promettons depuis le début de cet article, alors les voici, toutes nos photos des 6H du Nürburgring !

Crédits récit et photos : Nicolas Verneret pour Speedguerilla

Circuit

Volkswagen et Romain Dumas, nouveaux rois de la montagne

Publié

on

Romain Dumas a signé le nouveau record de la montée de Pikes Peak au volant de la Volkswagen I.D. R Pikes Peak, battant la performance de Sébastien Loeb.

Pikes Peak est une course de côte mythique connue dans le monde entier. Située au Colorado (États-Unis), Pike Peaks est une montagne dont le sommet culmine à 4 302 mètres, à gravir le plus rapidement possible.

Romain Dumas et Volkswagen Motorsport ont réussi leur pari dans la Course vers les nuages. Au volant du prototype électrique Volkswagen I.D. R Pikes Peak, le double vainqueur des 24 Heures du Mans a bouclé la montée de 20km dans le Colorado en 7’57’’148.

Volkswagen ne décroche pas seulement le record en catégorie électrique qui était détenu jusqu’ici par Rhys Millen avec un chrono de 8’57’’118 signé en 2016. Le constructeur allemand bat également la performance réalisée par Peugeot et Sébastien Loeb lorsque le nonuple champion du WRC avait grimpé la montée en 8’13’’878 au volant de la 208 T16 Pikes Peak, soit plus de 16 secondes de mieux.

« Avec ce résultat, nous avons même dépassé nos attentes, qui étaient pourtant élevées. Depuis les essais de cette semaine, nous savions qu’il était possible de battre le record historique. Mais pour que cela se produise, il fallait que tous les éléments soient réunis, depuis la technologie jusqu’au pilote. Et le temps devait lui aussi être de la partie. Que tout se soit si bien déroulé me comble de joie, et le nouveau record de Pikes Peak est vraiment la cerise sur le gâteau. J’ai encore du mal à réaliser que Volkswagen et mon nom soient associés à ce chrono formidable. L’I.D. R Pikes Peak est la voiture la plus impressionnante que j’ai eu à conduire en compétition. Comme la propulsion électrique changeait pas mal de choses, j’ai beaucoup appris au cours du projet. L’équipe a fait preuve d’une minutie de tous les instants, sans jamais perdre de sa décontraction. Non seulement nous avons obtenu le résultat escompté, mais l’esprit d’équipe était aussi au rendez-vous. Je suis extrêmement fier d’avoir pu prendre part à cette aventure. »

Romain Dumas, Volkswagen I.D. R Pikes Peak n°94

Romain Dumas a notamment pu profiter de la technologie électrique qui offre une pleine puissance sans être concerné par l’altitude qui limite les moteurs thermiques. L’équipe a aussi eu la chance de bénéficier de bonnes conditions climatiques. Pour sa tentative de record à Pikes Peak, Volkswagen a pu compter sur la présence à ses côtés de solides partenaires : ANSYS, Michelin, Integral e-drive et aussi OMP.

Lire la suite

Circuit

24H du Nürburgring 2018 : au coeur de la Légende !

Publié

on

Pour la cinquième année consécutive, me voilà sur la grille de départ des 24H du Nürburgring ! Je vous raconte tout, des essais nocturnes du jeudi à l’arrivée le dimanche soir !

(suite…)

Lire la suite

Circuit

Nissan met à jour sa GT-R Nismo GT3

Publié

on

Nissan-GT-R-NISMO-GT3
La Nissan GT-R commence à prendre de l’âge mais le constructeur continue à l’améliorer au fil des ans. Il en est de même pour le modèle de course, la GT-R Nismo GT3, qui se voit recevoir une série d’amélioration pour 2018.

Actuellement disponible à la commande, le constructeur Japonais a optimisé la répartition du poids et abaissé le centre de gravité de sa voiture de compétition-client. Ceci est rendu possible en positionnant le moteur V6 bi-turbo de 3.8L plus bas et 150mm plus en arrière. Ce dernier produit toujours 550 ch et 637 Nm de couple.

En plus de déplacer le moteur, Nissan a développé une nouvelle suspension pour améliorer le comportement du véhicule. L’arceau est revu pour augmenter la rigidité en torsion et en flexion de la GT-R. Elle reçoit également un système de freinage amélioré qui promet d’avoir une meilleure durabilité et une fiabilité accrue.

Alors que la GT-R Nismo GT3 a été conçu pour la course, le modèle 2018 sera disponible avec un système de climatisation en option. Nissan affirme qu’elle a été conçue exclusivement pour la voiture et contribuera à rendre le modèle plus confortable lors des courses d’endurance. Dernièrement, Porsche proposé aussi la clim sur sa GT3 R de course, d’autres constructeurs devraient logiquement suivre.

Les modifications peuvent sembler légères, mais Nissan dit que la voiture a amélioré sa compétitivité tout en étant facile à conduire à la fois pour les pilotes mais aussi les gentlemen drivers. La force de la GT-R est d’être capable de rouler avec vitesse et stabilité sur n’importe quel circuit et avec n’importe quelle marque de pneu.

La Nissan GT-R Nismo GT3 est fabriquée sur commande et les premières livraisons devraient débuter en janvier.

Lire la suite

Tendance