Connect with us

Reportage

Visite et coups de cœur du salon de Francfort 2017

Publié

on

Le salon de Francfort vient d’ouvrir ses portes au public. L’occasion pour moi de faire le point sur les meilleures nouveautés et concepts. C’est parti!

AUDI

Audi Sport a amené 2 nouveautés: l’Audi R8 RWS et la nouvelle RS4. Il y a aussi une TT-RS équipée des Performances Parts et la nouvelle RS5 qui était déjà la à Genève.

On remarquera la teinte Bleu Nogaro pour les modèles RS, un rappel sans équivoque pour les nostalgiques de la RS2. Impossible de faire un choix parmi toutes ces Audi Sport!

J’ai été impressionné par la violence de la TT-RS ainsi équipée. La RS4 ressemble à un daily driver capable de clouer toute une famille aux sièges, la RS3 n’est pas mal non plus dans ce genre d’exercice. La R8 Spyder et son V10 aux envolées lyriques est un (très beau) jouet pour grand garçon. Audi la présente dans une couleur très verte! La R8 RWS est assez intrigante. Le comportement avec 540ch sur les roues arrières uniquement doit être radicalement diffèrent.

Autre univers avec la limousine A8, le vaisseau amiral de la marque embarque une technologie impressionnante. Son nouveau système multimédia MMI permet de disposer d’un système autonome de niveau 3. Et derrière ses traits classiques, le radar laser voit son environnement à plus de 200m.

En parlant d’autonomie, 2 concepts électriques sont présent sur le stand. Elaine, un SUV autonome de niveau 4 parfaitement fonctionnel. C’est important de le signaler: Seule la législation l’empêche de pouvoir prendre la route. A côté d’elle, l’Aicon est un concept qui embarque une technologie de conduite de niveau 5 – le maximum aujourd’hui – qui peut carrément se passer de conducteur.

La Formule E du Team Abt , récente championne du monde aux mains de Luca di Grassi, fait le lien entre tout ces univers: sport, technologie et électricité. La marques aux anneaux avaient donc de quoi ravir ses fans.

Volkswagen

Volkswagen présente, en première mondiale à Francfort, la version GTI de sa toute dernière Polo, la plus énervée de la gamme. Avec un 2.0L turbo de 200 ch sous le capot, elle devrait proposer de belles prestations.

A côté, une nouveauté de taille avec le petit SUV T-Roc. Avec sa finition R-Line et des moteurs allant jusqu’a 190ch, elle propose déjà du dynamisme!

Renault

Chez Renault, la grosse nouveauté qui m’intéresse est la Megane 4 RS. La reine est de retour et il va falloir attendre les premiers essais pour confirmer tout son potentiel.

Cerise sur le gâteau pour les fans de sport, le concept de F1 RS 2027 Vision.

Porsche

Le sport fait partie des gênes de Porsche, rien n’est donc à jeter sur le stand.

Mention très bien pour la 911 GT2 RS et la GT3 Pack Touring.

Suzuki

En voilà qui aura surement et hélas une carrière beaucoup trop discrète. Mais en me rappelant les sensations au volant de l’ancienne génération, impossible de ne pas parier sur une réussite au volant de cette Swift Sport. Une appellation bien sommaire pour une auto qui accepterait volontiers le badge GTI.

Hyundai

N, une lettre qui ne veut pas encore dire grand chose dans le milieu du sport auto. Et pourtant la marque Coréenne fait tout pour! WRC, TCR, modèle sportif…

Hyundai débute son incursion sur le marché des compactes sportives avec la i30 N. Animée par un 2.0L turbo de 275 ch, elle débarque sans complexe sur le marché Européen!

Mini

A côté des JCW, la Mini JCW GP concept envoie du lourd. Reste à savoir ce que va en faire la marque: mise en série? future cup? ou alors rien du tout…

BMW

Chez BMW, il y avait du M en plein: M2, M3, M4, M4 GT4 et M5…

J’avais hâte de découvrir le concept Z4, et bien je n’ai pas été déçu. Malgré le fait que je lui trouve un petit air de Jaguar F-Type, elle inaugure un nouveau design bienvenu chez BMW. Tout comme la Série 8 et son élégance naturelle.

Le futur électrique est représenté avec la i Vision Dynamics, future i5 de série. On oubliera le look du concept X7 iPerformance Concept, véritable armoire normande.

Je n’ai pas eu la chance de croiser la M8 GTE. Dommage…

Lamborghini

Lamborghini nous avait habitué à des stands à 3 voitures. A Francfort, il n’y en a que 2: la nouvelle Aventador S Roadster et l’Huracan Performante.

Le SUV Urus est déjà annoncé pour le salon de Genève!

Ford

Bonjour la nouvelle Mustang! Je n’étais pas convaincu par les premières photos, mais en vrai, plus de doute: elle est vraiment plus agressive!

La Fiesta ST est là aussi! Elle ne sort pas le grand méchant look, par contre l’ancienne génération était l’une des meilleures petites teigneuses du segment malgré son déficit de puissance. Espérons que le 3 cylindres ne change pas la donne!

Mercedes

Les AMG sont de superbes sportives. Et bien chez Mercedes, elles font pales figures à côté de la Project One. Une voiture qui vise tous les superlatifs avec son moteur issu de la Formule 1 de Lewis Hamilton.

Bugatti

0-400-0 en 42 sec. La tueuse de record est là.

Ferrari

Ferrari montre sa Portofino, elle met un bon coup de vieux à la California T.

Bentley

La nouvelle Continental GT est encore plus charismatique en vraie.

Honda

Chez Honda, point de F1. Et pour cause, McLaren ira se fournir chez Renault l’année prochaine. Du coup, on peut quand même apercevoir la Type R, une NSX GT3 qui laisse sa carrosserie carbone apparente.

Du point de vue des concepts, il y a l’Urban EV. Une petite citadine électrique, simple, au look terriblement rétro. Et pour cause, elle s’inspire de la première Civic!

Hyundai

Chez Hyundai, impossible de manquer le concept Proceed. Très joli, encore plus que la Stinger, et proche de la série. Alors Hyundai, elle sort quand?

Seat

Chez Seat, la Leon est de plus en plus puissante. C’est encore le cas avec cette nouvelle version Cupra R qui fait le plein de carbone. Pas contre pour les petites touches de bronze, pas sur que ce soit le meilleur choix.

 

RallyCross

WRX Lohéac 2018 avec Audi

Publié

on

Un an après avoir passé une expérience incroyable au sein du Team EKS à Lohéac, je remet ça en 2018! C’est au volant d’une rutilante Audi RS4 que je prends la route direction la Bretagne!

Lohéac, WRX of France

Pour rappel, la piste fait 1070 m de long, 1090 lorsqu’il faut emprunter le tour joker. Elle est composée de 7 virages, 33% d’asphalte et 67% de gravier. Le virage le plus lent se prend à 40 km/h et le plus rapide à 110 km/h avec une vitesse maxi à 170 km/h. Ce n’est pas le circuit le plus rapide de la saison mais les pilotes l’apprécient pour sa technicité.

Le mieux dans tout ça? Les 80000 fans qui mettent une ambiance de folie à chaque dépassement! Et il n’y a bien que deux réacteurs de rafale lancés à pleine puissance au dessus de nos têtes, lors du show, qui peuvent couvrir les acclamations du public!

Les pilotes

Après avoir fait ses adieux au DTM en début d’année, Mattias Ekström #5 se concentre uniquement sur le WRX en 2018. Le Suédois dirige sa propre structure EKS, ce patron pilote nous accueille au sein du team qui a, il faut quand même le préciser, comme l’année dernière un chef cuisinier s’agitant au milieu d’une belle cuisine ouverte. Ce dernier nous a encore régalé, il faut dire que d’ordinaire, il s’occupe de la cuisine du roi de Suède…  Autre changement pour 2018, Ekström a choisi Andreas Bakkerud #13 comme coéquipier. Le Norvégien de 26 ans a passé 8 ans de karting, il a ensuite sauté dans le monde du rallycross à 15 ans. C’est le seul pilote en WRX a avoir réussi a marquer le maximum de point en un weekend, c’est à dire en gagnant les quatre manches qualificatives, la demi-finale et la finale!

On se demande où il range son stress tellement il est détendu, souriant, et réussit à placer une blague dans chacune de ses phrases ou un petit mot en français. Il passe aussi beaucoup de temps à répondre aux demandes d’autographe.

Un petit nouveau

Le team accueillait Krisztian Szabo, double champion d’Europe FIA ​​Rallycross Super1600. Le pilote Hongrois était engagé en Euro RX Supercar avec EKS en France pour la première fois et le sera également en Lettonie en septembre. Belle première puisqu’il termine second en finale pour sa première course sur une Supercar!

La machine

Il s’agit d’une Audi S1 EKS RX quattro. Fabriqué par EKS, elle répond à la catégorie Supercar. Sous le capot, on trouve un 4 cylindres turbo de 2.0L, il développe environ 600 ch à 6000 tr/min et envoie sa puissance aux quatre roues. Le poids est de 1300 kg, pilote inclus. Les perfs? 2.4 sec pour passer de 0 à 100 km/h!

La bagarre

Le WRX c’est avant tout de la bagarre. Des pilotes qui s’élancent en ligne, et des coups de portières au premier virage pour le plus grand plaisir des spectateurs. A ce petit jeu, les pilotes Audi s’en sortent plutôt bien en réalisant des départs canons! Andreas remporte même la récompense Monster Energy Super Charge pour avoir eu le meilleur temps de réaction au départ! Il finira d’ailleurs 2ème en finale et prends également la seconde place du championnat pilote.

Mattias finira 4e, ce qui lui permet d’engranger de précieux points pour le championnat du monde.

Vive le WRX

Le rallycross fait parti des sports automobile les plus spectaculaires du moment, en particulier en WRX qui représente le summum de la discipline. Si vous avez la possibilité de vous rendre à une épreuve près de chez vous, n’hésitez pas. Les manches s’enchainent rapidement et il y a toujours de l’action en piste! L’ambiance y est conviviale et vous pourrez manger des spécialités locales comme la galette saucisse en Bretagne!

// Merci à Audi France et EKS pour le merveilleux weekend
Lire la suite

Reportage

Le Gumball 3000 édition 2018 à Chantilly

Publié

on

Gumball3000 Chantilly 2018
Rallye automobile de 3 000 miles (5 000 km) d’où son nom, le Gumball 3000 part cette année de Londres pour rejoindre Tokyo. Première et unique halte en France, c’est à Chantilly que s’arrête la 1ere étape! C’est là que je me suis rendu pour voir passer ce convoi complètement fou.

Cette 20e édition se déroule du 4 au 12 août 2018 avec un ticket d’entrée avoisinant les 100000€ pour les 10 étapes. Cela limite donc les participants (ils sont quand même pas loin de 160 voitures), mais aussi garantie la qualité du plateau à des voitures d’exceptions à tout point de vue. Et pour le coup, je n’ai pas été déçu.

Gumball3000 Chantilly 2018

Les participants viennent de tous les horizons, pourvu qu’ils aient le porte monnaie bien rempli. Cette année, on pourra citer le chanteur Usher ou encore l’acteur David Hasselhoff pour les plus connus. Mais en France, de nombreux fans attendaient le trublion POG, qui fait office de voiture balai en arrivant à Chantilly plus de 3h après tous les autres… Les organisateurs prévoyaient une arrivée des participants entre 19h et 21h: Il commence fort!

Gumball3000 Chantilly 2018

C’est donc après le départ de Londres, via le tunnel, que les Gumballers sont arrivés à Chantilly pour l’étape Française avant de rejoindre Milan et l’Italie. La foule s’est rapidement amassé à l’entrée du Domaine de Chantilly pour accueillir les machines et surtout entendre les moteurs vrombir.

Il faut dire que les conducteurs sont plutôt généreux sur les gaz pour faire le show!

Gumball3000 Chantilly 2018

Pour ma part, j’ai eu un coup de cœur pour l’AMG GT rouge et ses phares additionnels à l’avant qui est un clin d’œil à l’antique 300 SEL 6.3, la première Mercedes AMG de compétition. J’admire le courage de rouler 5000 km en KTM X-Bow et je comprends pourquoi la majorité du plateau utilise soit une Audi RS6, soit une GT en provenance de Ferrari. Quoi qu’il en soit, il y en a pour tous les goûts: de la Ferrari 288 GTO à l’Aventador chromé.

Gumball3000 Chantilly 2018

A noter qu’il y avait aussi deux Lexus LFA, une rareté produite à 500 exemplaires. Complètement fou, le Gumball 3000 fête déjà sa 20ème édition. C’est toujours marrant de voir ce genre d’événements traverser la France dans un pays qui prouve chaque jour son désamour pour l’automobile.

Lire la suite

Reportage

GP de France de F1 2018

Publié

on

Dimanche 24 juin 2018, j’étais au Castellet pour le retour du Grand Prix de France de Formule 1. Invité par Pirelli, j’ai vécu cette expérience en tant que spectateur dans les tribunes, avec un accès VIP dans les paddocks.

10 ans après l’ultime Grand Prix de France à Magny-Cours et 28 ans après la dernière édition sur le circuit du Castellet, ce retour de la Formule 1 en Provence est forcément historique.

Un weekend historique.

Le circuit Paul Ricard est reconnaissable à travers le monde grâce à ses bandes de couleurs rouges et bleues. Racheté en 1999 par Bernie Ecclestone, le circuit est modernisé à l’époque par Philippe Gurdjian qui impose de remplacer les bacs à gravier par ces bandes de grip de couleurs qui ralentissent les voitures lors des sorties de route et évitent ainsi de les endommager. Résultat, le Paul Ricard est reconnaissable à tous les autres circuits, et peut changer également plus facilement de tracé.

Pour la F1, les infrastructures autour du circuit ont poussé de partout: gradins, passerelles, et restauration rapide. J’en ai bien du mal à reconnaître le circuit mais une chose est sûre: ça en jette!

2018 Pirelli Grand Prix de France

Le grand show.

Outre les formules de promotion, le show est assuré avant le départ. Au menu, la Patrouille de France et ses traînées bleu-blanc-rouge dans le ciel, l’arrivée du drapeau français à bord d’un hélicoptère Caïman, la démonstration de Franky Zapata, homme volant posé sur son Flyboard Air et le passage de deux Rafales à 500 km/h au-dessus du circuit.

Après la course, un concert de David Guetta est venu clôturer le weekend.

Une femme saoudienne fait l’histoire.

Depuis quelques semaines, les femmes ont le droit de conduire en Arabie Saoudite. Renault a permis à une Saoudienne, Aseel Al-Hamad, de prendre le volant d’une Formule 1 au Paul Ricard, une première.

« Depuis mon plus jeune âge, j’adore la course et le sport automobile. Être au volant d’une F1 dépasse mes espoirs et mes rêves les plus fous. C’est un véritable honneur de piloter l’E20 de Renault Sport Formula One Team devant le public de l’équipe au Grand Prix de France. Avec cette démonstration le jour même où les femmes peuvent conduire sur les routes du Royaume d’Arabie Saoudite, j’espère démontrer que tout est possible tant que l’on est passionné et que l’on peut rêver. »

Aseel Al-Hamad

Pirelli et le vélo

Alors que je me promène dans le paddock, je croise Simon Yates, qui a fait forte impression lors du Giro ( Tour d’Italie à vélo ) avant d’être rattrapé par Christopher Froome! Quelques minutes plus tard, Pirelli annonce le partenariat avec la formation Mitchelton-Scott pour la fourniture du nouveau P Zero Velo lors du Tour de France!

Simon Yates est alors habillé en tenue de course, et s’élance pour un tour du Paul Ricard … à vélo! Il en profite pour signer le record du Castellet en couvrant les 5 842 mètres en 7’25 « !

Les qualifications.

Parmi les faits marquants de ces qualifications, je retiens l’élimination dès la Q1 de Fernando Alonso. A peine 1 semaine après avoir gagné les 24H du Mans, l’Espagnol retrouve le calvaire au volant de sa McLaren.

Aux termes de la Q2, Pierre Gasly et Sebastien Ocon font partis des éliminés tandis que Romain Grosjean et Charles Leclerc sur sa modeste Sauber Alfa Romeo parviennent en Q3! Une Q3 qui verra Grosjean finir dans le rail et une superbe 8eme place de Leclerc.

Hamilton, magistral, ne laisse rien aux autres et signe la pole, la 75e de sa carrière.

Un départ catastrophique.

Parmi les trois pilotes Français, un seul a survécu au départ. Cette image décrit assez bien ce départ… Vettel a perdu son aileron, c’est lui qui percute en premier Bottas, il écopera d’une pénalité plus tard. Gasly et Ocon abandonnent dans ce capharnaüm. Catastrophe pour les Français !

2018 Pirelli Grand Prix de France

Hamilton magistrale, Vettel cravache!

La remontée de Sebastian Vettel lui a permis d’être élu pilote de la course au Paul Ricard. Après avoir changé d’aileron avant, il a réussi à remonter jusqu’au cinquième rang. Il a reçu 18% des voix. Max Verstappen est arrivé deuxième de la course et du vote, avec 17%. Kimi Räikkönen est troisième, comme en course, avec 15%.

Lewis Hamilton a passé l’intégralité de la course en tête. Il profite de ce succès pour reprendre la tête du championnat.

Presque parfait.

Le retour du GP de France aurait pu frôler la perfection. Mais hélas le soulèvement sur les réseaux sociaux de spectateurs mécontents à pointer du doigt l’un des gros soucis du circuit: son accessibilité! Personnellement, j’ai eu la chance de ne pas être touché par les bouchons, ce qui n’est pas forcément le cas des 65000 spectateurs présents!

Cela reste un très bel événement à ne pas manquer pour tout amateur de sport automobile!

// Merci à Pirelli France pour l'invitation!
Lire la suite

Tendance